Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/11/2014

Sivens, simple retenue collinaire devenue enjeu national

Jacques Cheminade, président de Solidarité & Progrès, a fait une déclaration au sujet de ce drame. Il replace l'affaire en rendant visible les enjeux réels qui sont soigneusement masqués au grand public.

 

La mort dramatique de Rémi Fraisse, dont la justice enquête sur les conditions, a fait de la retenue collinaire de Sivens un enjeu national.

Un enjeu malheureusement livré aux émotions et aux préjugés, au sein d’une société devenue incapable de débattre démocratiquement de son avenir. Tentons ici de le replacer dans le monde réel, en mesurant ce que certains ont entendu en faire. Car Sivens a été pris en otage par des intérêts et des forces incompatibles avec un Etat de droit. Sous prétexte de préoccupations écologistes, ils ont recours à une forme de « violence régénératrice » qui se propage depuis la bouche d’Alain Soral jusqu’à celle d’extrémistes ayant fait de la Nature leur cause malgré elle.

Aménager un petit lac de retenue sur un site qui n’est même pas classé Natura 2000, vise à retenir en hiver les eaux d’un petit affluent du Tarn, le Tescou. Il s’agit d’assurer que les agriculteurs de la vallée puissent arroser leurs terres lorsque le cours d’eau se tarit en été et de les protéger en cas de crues hivernales, comme en 1930. Cette retenue, en réalité une digue en argile de 12 mètres de haut et non un « barrage », doit permettre la survie et le développement de petites exploitations familiales, principalement maraîchères, victimes de la sécheresse. Après de nombreux débats, dont la réunion de pro- et anti- « barrage » en septembre 2012, où une majorité en faveur de la retenue s’était dégagée, le projet a été validé par une très grande majorité des conseillers généraux du département : 43 sur 46. Dans ce projet, dont la préfète du Tarn a signé en 2013 la déclaration d’utilité publique, 20 hectares de zones humides doivent être constituées sur des parcelles dégradées pour compenser 13 hectares effacés.

Une « vigilance citoyenne » s’est alors déchaînée, mêlant certaines préoccupations légitimes sur des aspects du projet à une revendication de tout arrêter sans tenir compte du vote des élus ni de la volonté de la majorité des habitants. Des écologistes se sont manifestés, rapidement rejoints par des « zadistes », qui ont fait de ce chantier une « zone à défendre », comme si le pays pouvait être fragmenté suivant l’idéologie de minorités. A ceux-là se sont joints des manifestants ultraviolents, qui s’en sont pris aux gendarmes jusqu’à leur lancer de l’acide. C’est au cours d’un de ces affrontements nocturnes que Rémi Fraisse a été tué, probablement par le souffle d’une grenade offensive lancée par un gendarme, alors que son groupe se trouvait sous l’assaut de manifestants n’ayant plus rien à voir avec des écolopacifistes.

C’est de tels engrenages qu’il faut arrêter. En remarquant d’abord que ce sont ceux qui répètent qu’il faut penser local et agir local qui se sont opposés au choix des « locaux ». En soulignant ensuite le fanatisme auquel aboutit une « défense de la nature » par ceux qui la connaissent peu : ce sont des provocateurs armés de masques à gaz et de barres de fer, jetant des cocktails Molotov et de l’acide, à qui on a fait la courte échelle. Enfin, et c’est le plus grave, se propage ainsi une idéologie mettant en cause le travail et la création humaines.

La revue fondée par l’écolo-millionnaire britannique Teddy Goldsmith affirme que Sivens n’aura été que « le sommet de l’iceberg » et le symbole d’une bataille bien plus étendue contre « de très nombreux autres projets d’aménagement en France » qui sont « tout aussi absurdes économiquement et écologiquement ». La revue applaudit des deux mains le dernier rapport de la Cour des comptes réclamant la fermeture d’un grand nombre de gares TGV et l’abandon de lignes nouvelles.

Le 31 octobre, on pouvait entendre sur Ce soir ou jamais Mathieu Burnel, du groupe de Tarnac, se réclamer du rapport du Club de Rome de 1972 sur « les limites à la croissance » et se réjouir que « la jeunesse trouve un sens en affrontant la police et en essayant d’abolir l’économie ». Pour sa part, le 4 novembre, Arte donnait la parole sans contradiction à Dennis Meadows, du fameux rapport Forrester et Meadows, base des travaux du Club de Rome, et à Jean Gadrey, qui citait l’économiste mystique et théoricien des systèmes Kenneth Boulding proclamant : « Celui qui dit qu’une croissance exponentielle infinie est possible dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »

C’est ainsi toute une croisade qui se déchaîne, propageant l’illusion pétainiste qu’un retour au passé est la solution face à « l’horreur économique ».

Situons donc ce qui s’est passé à Sivens dans ce contexte : une manipulation de masse malthusienne, jetant le discrédit sur la création humaine sous toutes ses formes et prônant un retour à la Terre qui ne ment pas, sans jamais mentionner ces ennemis de l’humanité que sont la City et de Wall Street, si ce n’est pour assimiler croissance physique à croissance financière et justifier ainsi la dépopulation mondiale, ouvertement ou insidieusement, faute de moyens physiques pour alimenter les générations futures.

 

Il faut « Entrer en Résistance » contre cette écologie malthusienne qui voudrait que la défense de la nature soit plus importante que notre capacité à accueillir les générations futures. Sivens est projet local parmi d'autres dont ce sont emparés les malthusiens qui pensent que nous sommes trop nombreux pour les ressources naturelles existantes sur Terre. Ils pensent donc qu'il faut éliminer 6 milliards d'humains ; le club de Rome souhaite en éliminer plus ! Les théoriciens du système économique libéral pense ainsi. Ils ne prennent pas en considération la capacité de création dont est pourvue l'humanité qui lui permet de faire plus de chose avec moins de matière apportée (économie physique et le principe densité énergétique). Nous ne serions pas capables de nourrir les 10 milliards d'humains que nous serons alors même que nous parvenons à poser un petit robot sur une comète ?!!

Jacques Cheminade a apporté des éléments complémentaires à son intervention : cliquez ici.

 

 Pour rejoindre la bataille

sivens,jacques cheminade,club de rome,teddy goldsmith,forrester et meadows

 

04/09/2014

Lettre ouverte : Faites-la suivre à vos élus et connaissances !

Mesdames, Messieurs les élus,

 

L’avenir sera-t-il le mur ou les BRICS ?

Incapables de sortir du dogme monétariste, notre gouvernement et nos parlementaires protègent les banques[1] et non les collectivités qui assurent les services de proximité. La loi du 29 juillet 2014 relative à la sécurisation des contrats de prêts structurés  souscrits par les personnes morales de droit public      enlève toute possibilité de contestation en justice aux collectivités à qui on a forcé la main pour contracter des emprunts pourris. Ce n’est pas la nomination d’un ex-banquier à la tête du ministère de l’économie qui va enrayer le phénomène.

Les élus doivent se battre afin d’inciter nos dirigeants à construire un avenir reposant sur le progrès social, c'est à dire sur la capacité de création qu’à l’Humanité d’évoluer aux frontières de ses propres connaissances en créant des emplois toujours plus qualifiés. Ne rien faire serait se soumettre au monde de Jacques Attali : des emplois nomades mendiés de métropoles en métropoles et mal rémunérés. Quel avenir !

 

Les « experts » occidentaux disent que la banque nouvellement créée par les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) doit être reconnue par les marchés financiers, le FMI et la Banque mondiale pour être viable. Enfermés dans leur camisole mentale libérale, ils ne comprennent pas que les BRICS se passent de leur aval pour financer des infrastructures en faveur d’un développement économique et humain mutuel sur la base de crédits publics.

 

Les BRICS offrent ainsi une véritable alternative face à l’empire financier anglo-américain en plein effondrement.

 

La Chine consacre tous ses moyens financiers au spatial et au nucléaire. Opposée à l’idée que les ressources sont limitées, et qu’il faut donc limiter la population, elle relève le défi d’élever le niveau de vie de chaque humain sur Terre sur la base d’une économie à haute intensité technologique et scientifique pour aller exploiter la quantité d’hélium-3 sur la Lune capable de fournir de l’énergie pendant 10 000 ans à toute l’Humanité. C'est connu et discuté en Chine ; le problème est que la presse de nos pays européens ne le rapporte pas.

 

La France, notre département peuvent faire valoir leurs atouts dans ces domaines d’activités … à condition de libérer ces forces créatrices en leur octroyant plus de crédits que ne le permet l’austérité budgétaire actuelle imposée par la finance folle. Pourquoi se contenter de nano-satellites aux possibilités limitées alors que nos étudiants pourraient se former sur les projets de recherche de l’ESA si celle-ci se joignait au programme lunaire, sans égal, de la Chine ? 

 

Seul un système d’économie politique reposant sur une stricte séparation des banques et le crédit productif public[2] conjointement à la sortie de l’OTAN (logique de guerre de l’UE) et de l’Europe et donc de l’euro (logique malthusienne) peut donner l’espoir d’un avenir meilleur à tous. Passé inaperçu auprès de la population et des médias locaux, le vœu de soutien à une loi pour couper les banques en deux du Conseil général de l’Hérault voté le 26 mai 2014 à l’unanimité[3] ne suffit pas. La loi du 29 juillet 2014 fragilise davantage le soutien que les collectivités peuvent apporter aux PME-PMI innovantes potentiellement créatrices d’emplois. Il faut exiger son abrogation !

 

Elus, vous devez aller plus loin. A vous de faire connaître l’intérêt de cette bataille à vos collègues et à vos administrés (les passages surlignés sont des liens internet pour plus d’informations). Invitez-les à rejoindre la dynamique portée par les BRICS en suivant la vidéo conférence du jeudi 11 septembre 2014[4] que donnera Jacques Cheminade, candidat aux présidentielles 2012, sur internet. Vous pouvez lui poser vos questions.

 

Que cette rentrée politique soit celle d’un changement inspirée par les élus de proximité pour réveiller le peuple ! Rejoignons les BRICS !

 

Citoyennement

 

Julie Péréa

Représentante de Solidarité et Progrès dans l’Hérault

 
Ils l'ont publiée :
- www.mtp-info.fr (Montpellier-Info)

[1] Décision du Conseil Constitutionnel : http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/emprunts-toxiques-le-conseil.html

[2] Mobilisation pour couper les banques : http://www.solidariteetprogres.org/mobilisation-glass-steagall.html

[3] Vœu du Conseil général de l’Hérault : http://www.solidariteetprogres.org/nos-actions-20/le-conseil-general-de-l-herault.html

[4] La conférence sera accessible le jour même : http://www.solidariteetprogres.org/blog/reunions-pres-de-chez-vous/reunion-de-rentree-avec-jacques.html#forum