Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/09/2014

Lettre ouverte : Faites-la suivre à vos élus et connaissances !

Mesdames, Messieurs les élus,

 

L’avenir sera-t-il le mur ou les BRICS ?

Incapables de sortir du dogme monétariste, notre gouvernement et nos parlementaires protègent les banques[1] et non les collectivités qui assurent les services de proximité. La loi du 29 juillet 2014 relative à la sécurisation des contrats de prêts structurés  souscrits par les personnes morales de droit public      enlève toute possibilité de contestation en justice aux collectivités à qui on a forcé la main pour contracter des emprunts pourris. Ce n’est pas la nomination d’un ex-banquier à la tête du ministère de l’économie qui va enrayer le phénomène.

Les élus doivent se battre afin d’inciter nos dirigeants à construire un avenir reposant sur le progrès social, c'est à dire sur la capacité de création qu’à l’Humanité d’évoluer aux frontières de ses propres connaissances en créant des emplois toujours plus qualifiés. Ne rien faire serait se soumettre au monde de Jacques Attali : des emplois nomades mendiés de métropoles en métropoles et mal rémunérés. Quel avenir !

 

Les « experts » occidentaux disent que la banque nouvellement créée par les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) doit être reconnue par les marchés financiers, le FMI et la Banque mondiale pour être viable. Enfermés dans leur camisole mentale libérale, ils ne comprennent pas que les BRICS se passent de leur aval pour financer des infrastructures en faveur d’un développement économique et humain mutuel sur la base de crédits publics.

 

Les BRICS offrent ainsi une véritable alternative face à l’empire financier anglo-américain en plein effondrement.

 

La Chine consacre tous ses moyens financiers au spatial et au nucléaire. Opposée à l’idée que les ressources sont limitées, et qu’il faut donc limiter la population, elle relève le défi d’élever le niveau de vie de chaque humain sur Terre sur la base d’une économie à haute intensité technologique et scientifique pour aller exploiter la quantité d’hélium-3 sur la Lune capable de fournir de l’énergie pendant 10 000 ans à toute l’Humanité. C'est connu et discuté en Chine ; le problème est que la presse de nos pays européens ne le rapporte pas.

 

La France, notre département peuvent faire valoir leurs atouts dans ces domaines d’activités … à condition de libérer ces forces créatrices en leur octroyant plus de crédits que ne le permet l’austérité budgétaire actuelle imposée par la finance folle. Pourquoi se contenter de nano-satellites aux possibilités limitées alors que nos étudiants pourraient se former sur les projets de recherche de l’ESA si celle-ci se joignait au programme lunaire, sans égal, de la Chine ? 

 

Seul un système d’économie politique reposant sur une stricte séparation des banques et le crédit productif public[2] conjointement à la sortie de l’OTAN (logique de guerre de l’UE) et de l’Europe et donc de l’euro (logique malthusienne) peut donner l’espoir d’un avenir meilleur à tous. Passé inaperçu auprès de la population et des médias locaux, le vœu de soutien à une loi pour couper les banques en deux du Conseil général de l’Hérault voté le 26 mai 2014 à l’unanimité[3] ne suffit pas. La loi du 29 juillet 2014 fragilise davantage le soutien que les collectivités peuvent apporter aux PME-PMI innovantes potentiellement créatrices d’emplois. Il faut exiger son abrogation !

 

Elus, vous devez aller plus loin. A vous de faire connaître l’intérêt de cette bataille à vos collègues et à vos administrés (les passages surlignés sont des liens internet pour plus d’informations). Invitez-les à rejoindre la dynamique portée par les BRICS en suivant la vidéo conférence du jeudi 11 septembre 2014[4] que donnera Jacques Cheminade, candidat aux présidentielles 2012, sur internet. Vous pouvez lui poser vos questions.

 

Que cette rentrée politique soit celle d’un changement inspirée par les élus de proximité pour réveiller le peuple ! Rejoignons les BRICS !

 

Citoyennement

 

Julie Péréa

Représentante de Solidarité et Progrès dans l’Hérault

 
Ils l'ont publiée :
- www.mtp-info.fr (Montpellier-Info)

[1] Décision du Conseil Constitutionnel : http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/emprunts-toxiques-le-conseil.html

[2] Mobilisation pour couper les banques : http://www.solidariteetprogres.org/mobilisation-glass-steagall.html

[3] Vœu du Conseil général de l’Hérault : http://www.solidariteetprogres.org/nos-actions-20/le-conseil-general-de-l-herault.html

[4] La conférence sera accessible le jour même : http://www.solidariteetprogres.org/blog/reunions-pres-de-chez-vous/reunion-de-rentree-avec-jacques.html#forum

21/07/2014

La Caravane de la Mission Jaurès

Mission Jaurès : 100 ans après … reprenez le flambeau !

A l’occasion du centenaire de la mort de Jean Jaurès, Solidarité et Progrès a réalisé une série de films de 10 minutes sur sa vie, sa pensée philosophique et ses combats auprès des ouvriers et contre l’oligarchie financière de son époque.

 

La première projection aura lieu à Montpellier (Hérault), Samedi 26 juillet 2014, vers 21h30, Allée de Lattre de Tassigny.

 

Le but : provoquer le débat et voir ce que ce pays a dans le ventre ! En effet, vu l'état tout à fait incertain de notre République cent ans plus tard, il est extrêmement périlleux de vouloir cantonner Jaurès dans un musée et simplement saluer sa mémoire.

mission jaurès,film,commémoration jaurès,evènement jaurès,centenaire mort de jaurès,jean jaurès

Lors de la première à Paris, sur les quais de Seine, une quarantaine de personnes ont participé devant des passants étonnés ; certains se sont juste arrêtés un moment et sont repartis avec notre flyer pour aller voir la série sur internet, d'autres sont restés, puis se sont pris au débat. Les questions ont fusé : « Qu'aurait fait Jaurès aujourd'hui ? », « Comment défendre ses idées ? », « Mais 2014 ressemble fort étrangement à 1914 ! », « Comment agir ? », « Comment s'organiser ? », « Comment faire pour inspirer les autres ? », « Qu'est-ce que le progrès au fond ? », « Quelle culture pour faire une République ? »

 

Fin août, notre caravane Jaurès interviendra sur le gouvernement et les responsables socialistes lors des universités d'été du PS à La Rochelle.!

 

Venez nombreux et accompagnez et n'oubliez pas de faire un don en ligne ou sur place pour financer la caravane !

 

Faîtes connaître le parcours de la Caravane de la Mission Jaurès à vos amis, à vos voisins.

 

Solidarité et Progrès

 

Ils en parlent :

petitfuté.com (Carmaux)

- carmaux-actu

Ils en ont parlé :

- mtp-info.fr (Montpellier-Info)

- voussaveztout.com (e-média de Montpellier)

- La Gazette de Montpellier

Midi Libre Montpellier 

Autres dates et lieux de la Caravanne :

- Carmaux (Tarn), Vendredi 1er août 2014, vers 21h, Place Jean Jaurès

- Toulouse (Haute-Garonne), Samedi 2 août 2014, vers 21h, Quai Saint Pierre

- Toulouse (Haute-Garonne), Dimanche 3 août 2014, vers 21h, Place Saint-Georges

-  Marciac (Gers), Lundi 4 août 2014, vers 21h, Arènes de Marciac

-  Samantan (Gers), mardi 5 août 2014, vers 21h, Place dite de la médiathèque (Place des Cordeliers)

-  Agen (Lot-et-Garonne), Mercredi 6 août 2014, vers 21h, Place Hoche (place de la cathédrale)

-  Fronton (Haute-Garonne), Jeudi 7 août 2014, vers 21h, Esplanade Marcorelle

-  Toulouse (Haute-Garonne), août 2014, vers 21h, 1, Place Marin Luther King, devant le centre culturel Albin Minville

 

D'autres dates peuvent être ajoutées en fonction des confirmations des mairies.

mission jaurès,film,commémoration jaurès,evènement jaurès,centenaire mort de jaurès,jean jaurès

 

04/07/2014

Non, à la loi amnistiant les banques !

Jeudi 10 juillet, nos députés débattront d’un projet de loi (adopté au Sénat le 13 mai) consistant à amnistier les pratiques criminelles des banques connues sous le nom d’« emprunts toxiques ». En effet, l’Etat, qui a récupéré les créances de Dexia, cherche à mettre un terme aux procédures judiciaires entamées par les collectivités locales et aboutissant à la condamnation des banques.
 
Nous sommes allés à la rencontre de Sébastien Meurant, Maire de Saint-Leu-la-Forêt (Val d’Oise), qui a obtenu gain de cause contre Dexia le 6 juin dernier. Pour lui, c’est une « honte » et il appelle les parlementaires « à ne pas voter cette loi scandaleuse ». Entretien :
http://www.solidariteetprogres.org/nos-actions-20/emprunts-toxiques-dexia-maire-11351.html
 
Interpellez vos élus et votre député en leur faisant passer la vidéo de l'interview de Sébastien Meurant. Faîtes suivre ce communiqué à vos amis afin que de nombreux échos viennent aux oreilles de nos députés pour qu'ils votent contre cette loi.

Comme Sébastien Meurant, entrez en résistance contre les prédateurs financiers et leurs valets !!!

 

03/07/2014

J’arrose donc je suis

« Le thé c’est le présent dans un passé qui ne veut pas mourir. C’est un rite, une réflexion, une façon de voir les choses. L’élégance du geste dénote non seulement l’habitude, mais un comportement réglé par la non-valeur du temps et la nécessité de bien faire »

Les européens sont des marrants, ils profitent de tout, eau à tous les étages, électricité nucléaire pas cher, routes et autoroutes, transports en commun, ponts, retenues d’eau, canaux fluviaux, hôpitaux et services de santé à la pointe, congés payés, sucre, coton, chocolat et café au franc symbolique.. mais ils ne veulent surtout pas qu’il en soit de même pour les peuples d’Afrique.

Pour exister l’Europe arrose

En effet, outres les guerres à répétitions, les génocides et la traite des matières premières, les voila décidés à tarir toute source de vie pour le grand bassin du Tchad. Uniquement capable de n’envoyer que des pompes ou du francs CFA.. Ils n’ont même plus peur de montrer leur véritable visage de saigneur :

L’Union européenne est au courant de l’existence d’un projet de transfert d’eau de la rivière Oubangui vers le lac Tchad (Transaqua). Des études de faisabilité préliminaires ont cependant indiqué que le projet comporterait des risques environnementaux majeurs. (Andris Piebalgs, Commissaire au développement de l’Union européenne) >..

Du coup, à cette Europe qui dit non à tout développement des pays africains sauf à leur imposer sa décroissance pour le bien de quelques uns, les africains lui répondent :

- Joseph Tchuindjang Pouemi : « Monnaie, servitude et liberté »

- Think tank africain AAALFA : « Il faut jeter la francafrique à la rivière »

- Professeur Agbohou Nicolas : «  Ce Franc qui pille l’Afrique pour l’Euro symbolique »

On finit ainsi par mieux comprendre pourquoi, pour exister l’Europe arrose.

D’un côté, elle pompe et asservie les pays d’Afrique de l’autre elle inonde le Moyen Orient et aujourd’hui l’Ukraine de moyens létaux hors du commun pour diviser, s’étendre et sans doute réduire les populations autochtones tout autant que les siennes.

Des ébats lugubres qui en disent long sur son agonie.

En effet, quand les possédants qui se sont accaparés de pratiquement tout sans jamais se préoccuper du bien-être des populations, lancent leurs chiens de garde pourvoir le crime des crimes chez les plus pauvres avec l’affaire Greenpeace et le riz doré, qui y-a-t-il d’humain encore en eux sinon qu’ils agonisent ?

La solution ? Pourquoi-pas préférer de Grands projets plutôt que la guerre permanente ?

Rallier la nouvelle route de la soie en mettant rapidement fin au système monétariste. Lui préférer celui de l’émission de crédit productif publique afin de rester le maitre d’œuvre d’un développement sain et non le laisser aller entre les mains des parias de la finance lugubre, du mondialisme et de la destruction libératrice..

Une fois émancipés, les pays Africains ouvriront chez eux tous les corridors de développement qu’ils souhaitent. Et puisque leurs peuples, leurs nations alimentent le monde depuis des lustres, le monde lui, leur doit un grand respect, sans qu’aucun joug ne vienne jamais plus entraver leur marche en avant.

N’est-ce pas, parce que les hommes sont qu’ils agissent pour leur avenir ?

Lac_Tchad_2014

Par Jean-François Grihault Des Fontaines

18/06/2014

EMANCIPATION

Il est des moments de l’histoire, comme le nôtre, où ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons doivent obéir à un même impératif. Car face au péril, l’être humain ne peut se segmenter. Il doit agir en se vouant pleinement à l’intérêt général. En lui-même, cette vocation ne doit plus être un devoir imposé de l’extérieur, mais une disposition rendue naturelle par son attachement constant à la création, à la découverte de choses nouvelles, qui est ce qui le définit par rapport aux autres êtres vivants. Dans notre langue, le beau mot d’émancipation traduit cet état d’esprit : rejeter la tutelle d’une autorité illégitime pour servir un bien supérieur. A ne pas confondre, comme on le fait trop souvent, avec le plaisir de s’affranchir pour s’affranchir, qui conduit au chaos. L’enjeu est de prendre l’entière responsabilité du futur.

Si nous examinons de ce point de vue ce qui se passe sur notre scène nationale, l’on ne peut qu’à la fois rire et s’indigner. Rire de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes, de leurs contorsions pour feindre un pouvoir qu’ils ont peur d’exercer. S’indigner de leurs manœuvres subalternes face à l’orage qui vient.

Au gouvernement, Valls joue les durs et Hollande le bienheureux. Il recrute à l’Elysée Laurence Boone pour remplacer Emmanuel Macron. Elle considère que « notre système de protection sociale construit dans les années 1950 est devenu trop coûteux ». Son pedigree ? Sept ans passés à la banque Barclays France, où elle a été repérée par son président d’alors, Jean-Pierre Jouyet, qui a lui-même servi sous Sarkozy avant de devenir le secrétaire général de l’Elysée ! Son dernier poste ? Chef économiste depuis 2011 à la Bank of America Merril Lynch. Une proche amie ? Karine Berger, qui a saboté la réforme bancaire. Bref, la principale conseillère économique du Président débarque directement de la City londonienne : mon amie, c’est la finance.

Le but de la politique gouvernementale est donc de mettre bien évidemment fin aux privilèges, comme le dit le Figaro magazine. Ceux des intermittents, des cheminots et des aiguilleurs du ciel aujourd’hui, de la SNCM et des taxis demain, mais jamais, à Dieu ne plaise, ceux des marchés financiers et de leurs collaborateurs.

Quant aux révoltés socialistes, qu’on cherche à ridiculiser en les appelant « frondeurs », comme si Valls pouvait être Mazarin, ils sont « indignés » et « accablés », mais ils cherchent à détricoter la chaussette sans vouloir en changer : ils acceptent le pacte de responsabilité de 50 milliards du gouvernement, en souhaitant faire passer les mesures en faveur des ménages de 5 milliards d’euros à 18,5 milliards d’ici à 2017 et diminuer les baisses d’impôt et de charges des entreprises de 41 milliards à 22,5 milliards. Que ce soit inacceptable par Valls n’empêche pas que le débat ainsi posé passe à côté du vrai sujet, le changement de système !

A l’UMP, le trio est devenu quatuor, sans chef d’orchestre et avec un taureau piaffant aux portes de l’arène. Le Centre s’étripe suivant son habitude. Au Parti radical, la contestation des listes d’adhérents bat son plein. Au Front national, père et fille jouent la énième scène de leur Commedia dell’arte, après avoir transformé l’héritage ultralibéral du père en chevènementisme du pauvre. Les masques grimaçants des uns et des autres dissimulent mal leur commune impuissance, faute de vouloir changer la règle du jeu.

Seul, hélas, le Pape parle haut et clair : « Nous avons abandonné toute une génération pour maintenir en place un système économique qui ne peut plus durer, un système qui pour survivre doit faire la guerre, comme l’ont toujours fait les grands Empires. » C’est le combat contre ce système que nous devons mener, en pensant moins à nous-mêmes et à nos partis ou parti pris et bien plus à la cause commune de l’humanité.

Emancipation, Laurence Boone, Pape François, Valls, Hollande, Le Pen, Frondeurs socialistes

 

L'édito de Jacques Cheminade, publié tous les 15 jours dans

 

 Rejoignez et soutenez le combatEmancipation, Laurence Boone, Pape François, Valls, Hollande, Le Pen, Frondeurs socialistes