Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2014

EMANCIPATION

Il est des moments de l’histoire, comme le nôtre, où ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons doivent obéir à un même impératif. Car face au péril, l’être humain ne peut se segmenter. Il doit agir en se vouant pleinement à l’intérêt général. En lui-même, cette vocation ne doit plus être un devoir imposé de l’extérieur, mais une disposition rendue naturelle par son attachement constant à la création, à la découverte de choses nouvelles, qui est ce qui le définit par rapport aux autres êtres vivants. Dans notre langue, le beau mot d’émancipation traduit cet état d’esprit : rejeter la tutelle d’une autorité illégitime pour servir un bien supérieur. A ne pas confondre, comme on le fait trop souvent, avec le plaisir de s’affranchir pour s’affranchir, qui conduit au chaos. L’enjeu est de prendre l’entière responsabilité du futur.

Si nous examinons de ce point de vue ce qui se passe sur notre scène nationale, l’on ne peut qu’à la fois rire et s’indigner. Rire de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes, de leurs contorsions pour feindre un pouvoir qu’ils ont peur d’exercer. S’indigner de leurs manœuvres subalternes face à l’orage qui vient.

Au gouvernement, Valls joue les durs et Hollande le bienheureux. Il recrute à l’Elysée Laurence Boone pour remplacer Emmanuel Macron. Elle considère que « notre système de protection sociale construit dans les années 1950 est devenu trop coûteux ». Son pedigree ? Sept ans passés à la banque Barclays France, où elle a été repérée par son président d’alors, Jean-Pierre Jouyet, qui a lui-même servi sous Sarkozy avant de devenir le secrétaire général de l’Elysée ! Son dernier poste ? Chef économiste depuis 2011 à la Bank of America Merril Lynch. Une proche amie ? Karine Berger, qui a saboté la réforme bancaire. Bref, la principale conseillère économique du Président débarque directement de la City londonienne : mon amie, c’est la finance.

Le but de la politique gouvernementale est donc de mettre bien évidemment fin aux privilèges, comme le dit le Figaro magazine. Ceux des intermittents, des cheminots et des aiguilleurs du ciel aujourd’hui, de la SNCM et des taxis demain, mais jamais, à Dieu ne plaise, ceux des marchés financiers et de leurs collaborateurs.

Quant aux révoltés socialistes, qu’on cherche à ridiculiser en les appelant « frondeurs », comme si Valls pouvait être Mazarin, ils sont « indignés » et « accablés », mais ils cherchent à détricoter la chaussette sans vouloir en changer : ils acceptent le pacte de responsabilité de 50 milliards du gouvernement, en souhaitant faire passer les mesures en faveur des ménages de 5 milliards d’euros à 18,5 milliards d’ici à 2017 et diminuer les baisses d’impôt et de charges des entreprises de 41 milliards à 22,5 milliards. Que ce soit inacceptable par Valls n’empêche pas que le débat ainsi posé passe à côté du vrai sujet, le changement de système !

A l’UMP, le trio est devenu quatuor, sans chef d’orchestre et avec un taureau piaffant aux portes de l’arène. Le Centre s’étripe suivant son habitude. Au Parti radical, la contestation des listes d’adhérents bat son plein. Au Front national, père et fille jouent la énième scène de leur Commedia dell’arte, après avoir transformé l’héritage ultralibéral du père en chevènementisme du pauvre. Les masques grimaçants des uns et des autres dissimulent mal leur commune impuissance, faute de vouloir changer la règle du jeu.

Seul, hélas, le Pape parle haut et clair : « Nous avons abandonné toute une génération pour maintenir en place un système économique qui ne peut plus durer, un système qui pour survivre doit faire la guerre, comme l’ont toujours fait les grands Empires. » C’est le combat contre ce système que nous devons mener, en pensant moins à nous-mêmes et à nos partis ou parti pris et bien plus à la cause commune de l’humanité.

Emancipation, Laurence Boone, Pape François, Valls, Hollande, Le Pen, Frondeurs socialistes

 

L'édito de Jacques Cheminade, publié tous les 15 jours dans

 

 Rejoignez et soutenez le combatEmancipation, Laurence Boone, Pape François, Valls, Hollande, Le Pen, Frondeurs socialistes

06/06/2014

Devoir de Paix

Déclaration de Jacques Cheminade

Paris, le 6 juin 2014 — Ils sont morts sans avoir traversé le bocage et les moissons, sans avoir parcouru les rues de Paris, sans ouvrir les barbelés des camps, sans partager les rires des enfants et de leurs mères. Quels qu’aient été leur pays ou leurs chefs, c’est à eux que nous devons aujourd’hui penser, morts sur le front de Normandie ou sur le front russe.

Nous leur devons de bâtir la paix. La France, bien qu’affaiblie par ses querelles internes, a son rôle à jouer. En traçant la route contre toute oligarchie, en haussant son regard de l’Atlantique à la mer de Chine. C’est-à-dire en renouant son pacte avec la liberté du monde, forte d’un patriotisme voué au bien commun et aux générations à naître. Ce qui se passera aujourd’hui ne peut pas être un Congrès de Vienne de sous-préfecture, un entracte dérisoire vers une nouvelle guerre qui menacerait le destin de l’humanité, mais l’acte fondateur d’une nouvelle Route de la soie et d’un développement mutuel à l’échelle de toute notre planète.

On a besoin de nous, plus encore qu’en 1944, pourvu que nous soyons une fois de plus patriotes et citoyens du monde, et non serviteurs d’un système qui tue car il est devenu incapable de donner à vivre.

Espérons que le haut lieu de la Résistance que fut le château de Bénouville inspirera ses hôtes pour leur faire imaginer d’autres possibles que ceux du malheur décrété par le féodalisme financier de retour parmi nous.

J.C.

http://www.solidariteetprogres.org/ 

24/05/2014

Aidons nos élus à sauver les services publics

Les élus locaux et territoriaux de la Région Languedoc ont manifesté le 23 mai 2014 devant la préfecture de l'Hérault à Montpellier contre la réforme territoriale qui prévoit la suppression des départements.

Il faut être à 100% derrière eux. Pourquoi ? Parce que les collectivités assurent les services publics utiles aux particuliers, entreprises, associations …. Or ces derniers disparaissent au nom de la sacro-sainte rentabilité financière (ou austérité) imposée par la finance folle.

 

Parce que les élus des 36 000 communes peuvent faire capoter l’Europe des régions. Aussi l’Union Européenne ordonne à la France de démanteler ces réseaux potentiels de résistance par le biais de la réforme territoriale tout en s’assurant que les citoyens soient éloignés des centres de décisions afin de mieux leur imposer les postulats inhérents à l’économie libérale.

 

Comment nos élus territoriaux peuvent-ils faire capoter l’Europe des régions en France ? Grâce à la clause de compétence générale. Ils ont la possibilité de donner leur avis sur des décisions nationales dont les effets auraient des conséquences sur leur territoire respectif. Et ils sont suffisamment nombreux pour peser sur le Parlement afin qu'il adopte des mesures cohérentes avec l’intérêt général. Or c’est exactement ce que l’Europe empire veut éviter.

Ainsi des Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, souhaite supprimer la clause de compétence générale à Toulouse. Le conseil municipal de Toulouse s’est exprimé en décembre 2013 sur un vœu en soutien à une proposition  de loi pour une stricte séparation des banques. Vœu rejeté. Mais il ne faudrait pas que cela donne des idées à d’autres … le gouvernement aussi demande sa suppression au niveau national.

Imaginez un peu. Une loi de stricte séparation des banques soutenue par de (nombreux) élus locaux souvent sans étiquette. Qui comprennent parfaitement l’intérêt de cette loi. Les collectivités … pourraient à nouveau équiper le territoire d’infrastructures utiles au développement économique et humain. Sans investissement, il n’y a pas d’avenir.

Les acquis sociaux que tant de Français s’indignent de perdre, ne sont-ils pas fournis par nos collectivités ? Dans un système économique plus soucieux de la rentabilité financière à court terme que de l’amélioration des conditions de vie des personnes, êtes-vous sûrs que les services publics qu’assurent tant bien que mal (austérité oblige nous dit-on) nos collectivités seront toujours maintenus après leur suppression ?

Tous les élus ne pensent pas à leurs indemnités. Ne pourrions-nous pas, nous citoyens, les inspirer. Beaucoup se demandent comment changer les choses, comme lors du congrès des Maires de l’Hérault des 14 et 15 mai 2014. Un véritable changement est possible.

Il faut couper les banques en 2 et rétablir le crédit productif public. Faîtes connaître à vos élus l’existence de la campagne de vœu que mène Solidarité et Progrès, au-delà de toute vision partisane. Munissez-vous de notre kit de campagne et allez les voir.

claude de compétence général,services publics,collectivités

38 communes, un département et une région ont déjà adopté ce vœu. Le président de l’AMF, le président du Conseil Général et une centaine d’élus de l’Hérault ont reçu le document « Des vœux pour couper les banques en deux ». A votre tour, faîtes- leur savoir que vous attendez d’eux qu’ils se battent pour couper les banques en 2. Ce combat est l’affaire de tous où que nous nous trouvions. 

Alors … passez à l’action !! Agissez !!

Cliquez pour obtenir le KIT de campagne

claude de compétence général,services publics,collectivités    

    claude de compétence général,services publics,collectivités                       

            Pour soutenir la bataille        

      graph 8.jpg

 

 

02/05/2014

Elections européennes : un drapeau grec pour un vote anti-déprime …

Vous ne savez pas pour qui voter ? Vous êtes contre la politique de l’Union européenne ? Cet article est fait pour vous : une idée plus colorée qu’un banal papier blanc dans votre enveloppe ! Et vous irez voter avec le sourire et la sensation de savoir pourquoi vous allez voter  … L’idée, la voici …

 

 DSC02852.JPG

 

Entrer en Résistance contre la barbarie de cette Union Européenne qui T.U.E. !!

 

 

 

 

 

Si vous ne vous reconnaissez pas dans cette Europe qui pousse des pays au bord du gouffre, plutôt que de vous abstenir ou voter d'un banal bulletin blanc, Solidarité & Progrès un vote chargé d'une symbolique forte : celle que vous n'êtes pas dupe de cette UE qui tue et que vous refusez de cautionner.

 

 

Pour en savoir plus les dossiers:

http://www.solidariteetprogres.org/europeennes.html

 

Après avoir compris comment l'UE impose la saignée des peuples européens pour renflouer un système économique impérialiste sur le point d'imploser. Après avoir pris connaissance des alternatives qui existent face à ce que les médias considèrent comme un fatalité. Vous irez voter avec le sens d'un combat à mener contre cette UE prête à dévorer ses enfants. La Grèce en est la triste réalité. Notre tour viendra.

 

 

drapeau grec, je vote grec, l'UE tueDîtes NON à cette barbarie avec le bulletin-tract drapeau grec

Et votre vote aura une toute autre dimension et suscitera l'interrogation.

 

 

DSC02854.JPG

 

 

 

Imprimez donc votre bulletin "Je vote grec"

20140419_l_ue_tue.pdf

 

Quoi de mieux que l’action sans la résignation contre la déprime !

 

L’avenir réside dans une Europe des projets de l’Atlantique à l’Oural et dans une Eurasie de l’Atlantique à la mer de Chine, libérées de la tutelle criminelles de la City, de Wall Street et de leurs collaborateurs européens.

 

Le 25 mai, mettons un drapeau grec dans l’urne. Mobilisez votre entourage et faîtes connaître cette initiative. 

 

Que vivent les jours heureux d’une nouvelle résistance contre le féodalisme financier !!

 

Cette campagne vous plaît ? Soutenez-là en faisant un don

http://www.solidariteetprogres.org/contribuer 

 

Contact  01 76 69 14 50

Solidarité & Progrès, le parti fondé par Jacques Cheminade,

candidat aux présidentielles de 1995 et 2012

02/04/2014

ABOLISSONS LES PRIVILEGES DE LA FINANCE

Qu’importe les résultats, ces élections sont un trompe œil ! Rares sont les candidats (1) qui se sont attaqués au véritable ennemi de la croissance économique et sociale.

Cet ennemi, Jean-François GAYRAUD, haut fonctionnaire de la Police Nationale, l’identifie (2) : « Un certain capitalisme financier, mondialisé et dérégulé, marque la fin de la démocratie telle que nous l’avons vécue depuis un siècle (…) La privatisation du monde au profit des puissances privées – légales, criminelles ou grises – vassalise les Etats et les peuple … ». Voici donc le contexte dans lequel ces élections se sont déroulées.

Cette caste cannibale (2) s’assure que les Etats ne puissent pas intervenir contre ses intérêts. A Bruxelles, ces gens ont mis en place un Conseil de résolution bancaire unique européen pour palier les difficultés à venir des grandes banques européennes. Ce Conseil renflouera les banques via les actionnaires, les obligataires et les titulaires de dépôts en prétendant protéger ceux de moins de 100 000€ mais sans s’en donner les moyens.

Cette décision intervient en même temps que les élections municipales. Personne n’en parle. Ce sujet est pourtant fondamental. Les collectivités en subiront les conséquences. A Paris, dans la logique de l’austérité pour tous sauf pour les banques, le rapport Malvy-Lambert entend geler les dotations aux collectivités. Du coup, la dynamique d’investissements dans des infrastructures collectives utiles à la population faisant travailler nos entreprises n’aura pas lieu. A la baisse des dotations s’ajoute la menace d’une mise sous tutelle des collectivités qui ne maîtriseront pas leur budget (3).

Au quotidien le gouvernement négocie avec le MEDEF sur les conséquences que subissent les Français et non sur la cause profonde de la crise. Le vrai pouvoir est dans les mains des Michel PEBEREAU, Frédéric OUDEA qui ont imposé à Pierre Moscovici la fausse réforme bancaire (4) qui comprend le bail in tout comme au niveau européen.

Cette politique d’austérité à des répercutions au niveau international. Le gouvernement veut punir (entre autres) la Russie en interdisant l’accès à notre territoire à des Sergueï Glaziev, Dimitri Rogozine qui défendent un espace de développement mutuel entre l’Europe et l’Eurasie. Le gouvernement bloque ainsi la croissance économique mondiale.

Trop loin des municipales ? NON. Les candidats ont promis de ne pas augmenter les impôts sans s’en donner les moyens. Ils auraient dû se positionner en faveur d’une vraie réforme bancaire pour détruire le système de pillage de l'économie réelle par la City et Wall Street. Bon nombre d’électeurs comprennent (souvent mieux que les journalistes) l’intérêt de combattre la finance pour l'avenir. Les candidats auraient dû les inspirer.

Les élections sont passées. Nous allons faire remonter cette exigence à travers les collectivités jusqu’au niveau le plus haut pour que soit adoptée une loi de stricte séparation des banques.

Que faut-il faire ? Il faut assumer le meilleur de notre histoire : la résistance et la libération.

Il faut que les citoyens, les élus locaux se mobilisent (5) en faveur d’une nouvelle nuit du 4 août 1789 pour abolir les privilèges de cette noblesse d’empire financier et bancaire par un vœu dans les assemblées locales et territoriales en soutien à une proposition de loi pour une séparation stricte des banques qui permettra la mise en faillite des intérêts de cette noblesse. Ensuite il faut une politique de crédit productif public qui donnera la possibilité à nos PME-PMI et aux entreprises intermédiaires de faire de la recherche-innovation au sein d’une politique de développement par le progrès technologique.

Pour en savoir plus nous vous invitons à suivre notre réunion internet « La France après les élections » du jeudi 3 avril à 19h (6) animée par Jacques Cheminade, candidat aux présidentielles 2012 avec le soutien de Solidarité & Progrès. Qui souhaite résister et libérer le potentiel de nos entreprises pour une nouvelle prospérité et un avenir meilleur pour tous, nous rejoigne dans la bataille. 

 

séparation bancaire,mise sous tutelle des collectivités,baisse des dotations,caste cannibale,finance

Contact à Paris : 01 76 69 14 50
Contact dans l’Hérault : 06 15 49 44 84 (Julie PEREA)

Notes :

  1. Des candidats se sont engagés pour couper les banques en deux http://www.solidariteetprogres.org/nos-actions-20/candidats-municipales-separation-bancaire-11041.html
  2. Références de trois ouvrages qui devraient vous pousser à l’engagement politique immédiat :
    Jean-François Gayraud, Le nouveau capitalisme criminel, Odile Jacob, février 2014  
    Sophie Coignard, Romain Gubert, La caste cannibale, quand le capitalisme devient fou, Albin Michel, 2014
    Adrien de Tricornot, Mathias Thépot, Franck Dedieu, Mon amie c’est la finance ! Comment François Hollande a plié devant les banquiers, introduction de Gaël Giraud, Bayard, 2014
  3. http://www.leparisien.fr/economie/le-rapport-qui-fait-peur-aux-collectivites-locales-22-03-2014-3696879.php
  4. Loi relative au crédit et à la séparation entre banques de dépôt et banques demarché du 18 juillet 2013
  5. Page de mobilisation pour couper les banques en 2 : http://www.solidariteetprogres.org/mobilisation-glass-steagall.html
  6. Pour suivre la réunion http://www.solidariteetprogres.org/nos-actions-20/reunion-internet-cheminade-municipales-11069.html